Actuellement il n’y a pas de compréhension de ce que nous nommons le shinto, dans le monde, car il ne fait pas partie du gonflement de l’ego, ni de la manipulation psycho-emotionnelle que l’on trouve partout.

C’est la raison pour laquelle le Reiki  et l’enseignement originel de Mikao Usui n’ont pas été compris.

Ils se situent au niveau de conscience de l’âme. On ne peut donc pas les manipuler pour construire des stages de « développement personnel », car il n’existe pas ce type de concepts dans ces enseignements.

Le nombrilisme et le narcissisme en sont absents.

Le shinto ancien est lié à la culture du riz, un concept très profond complètement étranger au milieu des pseudos enseignants spirituels. Comment, un non enseignement issu des paysans pourrait il contenir l’ultime vérité de l’univers ?

Et quel rapport entre la pousse du riz et la spiritualité ?

Dans le monde superficiel du culte de l’argent où l’on vit, ces notions ne sont pas reconnues comme pouvant constituer en réalité le moyen du salut de l’humanité.

On préfère suivre des enseignements de masse qui sont des croyances que personne ne peut vérifier, et qui ont pourtant conduit l’humanité jusqu’au bord de l’auto destruction. 

Le Japon a subit un grand nombre d’influences pernicieuses, qui ont fait tomber un certain nombre de japonais dans une crise d’identité, qui fait qu’ils ne peuvent plus percevoir les valeurs authentiques. Il est facile de se croire spirituel et de faire semblant d’enseigner des valeurs japonaises, qui sont en fait toutes importées de l’étranger et ne représentent pas la culture native du Japon.

On préfère suivre le modèle occidental du « tout est zen », concept créé de toute pièce sur des quiproquos par les intellectuels protestants universitaires américains, à partir de personnages comme Mr Suzuki Daisetz.

Le zen n’étant qu’une des nombreuses écoles d’interprétation du bouddhisme au Japon. Mr Daisetz était très confus et s’est ensuite réfugié dans la foi en bouddha Amida, car il ne pouvait pas comprendre la véritable tradition originelle. En réalité, Amida a été introduit dans le bouddhisme par des zoroastriens qui s’étaient convertis au bouddhisme. Volontairement ou de force, ceci est encore une question.

C’est très bien, mais je veux bien souligner l’intérêt de ne pas adhérer à une foi sur de mauvaises bases.

On préfère rester dans la lignée des concepts occidentalisés et des fantasmes faciles à manipuler en utilisant du shiatsu, un enseignement commercial également non traditionnel entièrement construit  sur les fantasmes et les quiproquos induis en occident.

Le shiatsu au  départ une pratique intuitive de monsieur Namikoshi père, pour soulager les douleurs de  sa mère, a été commercialisé par son fils qui partit  étudier la chiropraxie occidentale, puis l’introduction des notions de la médecine chinoise (les soi disant méridiens) par son disciple Mr Masunaga.

Ces pratiques  n’ont rien d’origine native et sont totalement en dehors et en contradiction avec l’esprit originel du Japon. Le KI que l'on utilise dans le Reiki n'est pas celui de la medecine chinoise et ne suit pas de méridiens. 

Effectivement toutes ces partiques basées sur l’intellectualisation, détruisent la possibilité d’accéder aussi bien à une véritable spiritualité qu'à la conscience de la réalité telle qu’elle est conservée dans l’ancien shinto. 

Pour travailler sur le corps réel d’énergie, il ne peut pas y avoir de système de représentation du monde invisible car la représentation (qui est une formation mentale) empêche d’accéder au monde invisible réel, c’est ce qu’a seulement pu évoquer la physique quantique par sa recherche sur l’origine de la matière. 

La conscience japonaise originelle le savait depuis toujours et l’a conservée sans bruit dans la culture du shinto. 

La conscience du shinto était quelque chose d’inconnu en occident pour la raison que les universitaires, comme les spécialistes de tout acabit sont imbus de la pensée néocolonialiste et considèrent les cultures animistes comme une forme de développement pré mental de la conscience humaine, ceci basé sur les croyances que l’humanité a évolué depuis la préhistoire, ce qui est simplement la marque de l’égo colonialiste qui continue de tout imprimer sur la planète.

Selon la conception du shinto, le monde est pur  au départ, issu de la force du Musubi, et donc tout ce qui se régénère reste vrai et bon, mais tout ce qui s’écarte de la voie des kami dégénère, se transforme en ce qui est contre la vie.

Sous l’influence des conceptions chinoises introduites au Japon, du bouddhisme, du confucianisme, la conception du shinto a été opprimée et repoussée, car elle est anti politique et ne permet pas d’exploiter les gens. (En particulier, elle donne une grande importance à la femme qui est shamane - l'ancien terme Miko avant qu'il soit dénaturé- et reçoit les messages des dieux).

La même chose s’est passée dans le monde, en occident l’animisme gaulois a été détruit par les intérêts colonialistes romains, avec la complicité de chefs gaulois ambitieux, puis des germains. Même le christianisme originel, qui était plus proche de la spiritualité des druides, (tous des guérisseurs, donc ils suivaient les mêmes conceptions du monde) a été remplacé par le système romain christianisé, en tuant les  membres des premiers chrétiens qui étaient des ermites qui refusaient les systèmes de pouvoir et de hiérarchie. 

Tengou